Congres Kinesitherapie

Formation Orthokinésie-kinépodie

Editorial

 

Rééduquez la Posture en Mouvement…c’est toute la différence !


 

Objectifs

 

Formation en Orthokinésie-Kinépodie (Méthode OTTE):

Orthokinésie :

- Rééducation de la posture en mouvement.

- Thérapie proprioceptive fondée sur la manipulation du corps humain dans son état naturel de  tension posturo-dynamique.

Kinépodie :

 

-Recherche des causes mécaniques posturales et dynamiques qui désorganisent l’homéostasie corporelle.

- Rééducation maxillo-faciale, podale, oculo-motrice, et posturale.

- Rééducation selon l’évolution des pathologies (du sport, de l’enfant,…)

- Stimulation par outils thérapeutiques actifs (semelles kinépodiques, planche oculaire active, orthèse buccale active).


 

Programme

 

Qu’est ce que la Méthode OTTE ?

L’orthokinésie-kinépodie est une thérapie proprioceptive qui est fondée sur la manipulation du corps humain dans son état naturel de  tension posturo-dynamique.

Cette méthode est sans danger et permet de libérer efficacement des pertes de mobilités articulaires et tissulaires. La manipulation peut être effectuée de la superficie vers la profondeur tissulaire.

La manipulation orthokinésique  se différencie des autres techniques manipulatoires (ostéopathie, chiropractie,…) par son action sur un corps en pleine tension. Les manipulations s’effectuent alors même que le patient est en mouvement debout (piétinement, marche,…). Elle est principalement utilisée en station debout (postural et dynamique), mais peut aussi être utilisée dans des positions qui recréent des mises en tension naturelle (décubitus et assis).

Le thérapeute a la maitrise d’un geste précis, qui s’effectue en continuité et en fluidité avec les tissus. Cette méthode est perçue par le cerveau du patient comme un réajustement des tissus sur tout leur trajet durant l’action.

La manipulation orthokinésique englobe le corps dans son entièreté, elle est orientée sur les pieds, les membres inférieurs, le bassin, les viscères, la colonne vertébrale, le thorax, les membres supérieurs et le crâne.

Cette manipulation est rapide et stimule tous les tissus proprioceptifs (du superficiel au profond : peau, fascia, muscle, ligament, os). En général, une seule séance suffit pour libérer les pertes de mobilités articulaires et tissulaires. Plusieurs séances peuvent être nécessaires pour assurer un ancrage proprioceptif cortical prolongé.

L’orthokinésie-kinépodie est aussi une méthode qui insiste fortement sur la recherche des causes mécaniques qui désorganisent l’homéostasie corporelle. Pour cette raison, l’analyse minutieuse posturale et dynamique du corps humain est une priorité. Le bilan de choix, nommé kinépodique, est un bilan posturo-dynamique qui comporte l’analyse posturale orthostatique et orthodynamique, l’analyse ostéopodique et orthodynamique des pieds, l’analyse orthofonctionnelle des articulations temporo-mandibulaires et l’analyse oculomotrice.

L’objectif principal de cette méthode est, comme son nom l’indique (ortho = droit, kiné = mouvement), de récupérer une dynamique articulaire et tissulaire physiologique qui tient dans le temps. C’est pourquoi la méthode peut associer une stimulation par manipulation manuelle à une stimulation par outils thérapeutiques actifs (en fonction des déficiences du patient). Les outils thérapeutiques utilisés par l’orthokinésiste-kinépodiste sont la semelle kinépodique active, l’orthèse buccale active, et la planche oculaire active.

L’orthokinésie-kinépodie insiste sur la stimulation proprioceptive dynamique des pieds, des articulations temporo-mandibulaires et des yeux puisqu’ils sont les organes dominants qui génèrent des tensions posturales. Les pieds sont, en toute logique, les organes qui ont la plus grande importance puisque le corps entier repose sur eux. Une mauvaise fonction plantaire peut être la source d’un déséquilibre posturo-dynamique par une action en chaîne montante. Les mâchoires et les yeux sont aussi susceptibles d’occasionner des troubles posturo-dynamiques en chaîne descendante. D’ailleurs, ces derniers sont souvent à l’origine d’une mauvaise position de la tête dans l’espace.

-

La formation tend à répondre aux questions suivantes :

Nos pieds, des fondations mal utilisées ? Peut-on souffrir de lésions en chaînes montantes ? Comment le vérifier ? Quels sont les éléments perturbateurs : un trouble de la statique articulaire, et/ou un trouble du fonctionnement des muscles en dynamique, et/ou une déficience proprioceptive ?

Le port d’orthèse plantaire, pour ou contre ? Quand est-ce utile ? Passif ou actif ? Et à quel moment cela peut être une nécessité ? Dans la vie de tous les jours et/ou dans l’activité sportive ? Effet préventif des orthèses passives ou intox ? Est-il possible de s’en séparer définitivement ?

La chaussure, un bien ou un mal ? Quels critères à respecter ? Les chaussures actuelles vont-elles bien dans le sens d’une recherche de la physiologie du pied ? Ont-elles réellement un rôle préventif ? Sur du court terme et du long terme ? Dans la vie journalière ou dans le sport ? La chaussure peut-elle être un élément thérapeutique et/ou un élément perturbateur ?

Marcher et courir pieds nus, est-ce utile où une pure folie ? Dans quels cas le préconiser ou le proscrire ? Quels terrains et quels types de pied sont déconseillés ? Et quelles sont les  limites ? Est-ce que la différence de performance entre le noir du Sud et le blanc du Nord se fait par la marche pieds nus ?

Comment prévenir les blessures du sportif ? Pourquoi nos patients s’enraidissent de plus en plus ?  La proprioception musculaire est-elle déficiente ? Est-ce la conséquence d’une réelle sédentarité ? Est- ce vrai aussi chez le sportif de haut niveau ? Comment réagir par rapport aux étirements ?

Posture ou dynamique ? La posture corrigée suffit-elle pour améliorer la dynamique ? Ou est-ce plutôt la correction dynamique qui régit la bonne posture ? Ou encore, est-ce deux éléments à corriger séparément ?

Enfance et développement en chaîne montante ? Est-ce que les blessures de l’adulte ne sont pas les conséquences de mauvaises habitudes inculquées dans notre société ? Est-ce que le port de chaussures est bien adapté ? Faut-il soutenir les pieds de nos enfants dès le plus jeune âge ?

Enfance et développement en chaîne descendante ? Est-ce que l’alimentation moderne est à l’origine des troubles orthodontiques ? Est-il une bonne chose de traiter en orthodontie passive ? A quel âge un traitement adéquat peut-il démarrer ? Une bonne musculature maxillo-faciale est-elle une nécessité ? La kinésithérapie peut-elle avoir un rôle préventif ?

La personne âgée et ses limites de traitements ? Traitement orthopédique passif, actif ou confort ? Est-ce une question d’âge ? Comment améliorer leur équilibre et leur marche ? Les chaussures du 3ème âge sont-elles réellement étudiées en fonction de leur physiologie? Que faire pour éviter l’ankylose posturale ? L’absence partielle ou totale de dents peut-elle occasionner des modifications posturales ?

Un déséquilibre temporo-mandibulaire et un trouble oculomoteur peuvent-ils être à l’origine de lésions descendantes? Comment le vérifier et le corriger ? Migraines et cervicalgies chroniques peuvent-elles être des conséquences à un trouble temporo-mandibulaire et/ou un trouble oculomoteur ? Peut-on agir dans un rôle de prévention ?

La manipulation en dynamique procure-t-elle une plus grande efficacité ? Comment agir sur des lésions profondes et lever leurs tensions manuellement ? La correction tissulaire en mouvement peut-elle apporter un effet plus durable dans le temps ? La proprioception corporelle en mouvement peut-elle être améliorée ? Est-il judicieux de travailler une lésion dynamique en statique ou en décubitus ? Que peut apporter la thérapie en pleine action pour les professionnels de la santé ?

L’analyse du corps humain en mouvement, peut-elle nous apporter un grand plus ? Que faut-il analyser ? Comment faire la différence avec le commerce qui lance cet effet de mode? Est-un mouvement et/ou une position articulaire qu’il faut analyser ? Quels outils d’analyse sont pertinents ?

Un travail de collaboration entre professionnels de la santé est-il possible ? Comment travailler en respectant ses limites de compétences professionnelles? Quand et pourquoi envoyer nos patients vers d’autres professionnels de la santé ?

Facilitez vos traitements et stabilisez les dans le temps grâce à la kinépodie-Orthokinésie!


 

Intervenants

 

Formateurs :

Christophe Otte : kinésithérapeute-ostéopathe, podothérapeute-podologue, orthopédiste

   Yannick Sachet: ostéopathe, kinépodiste-orthokinésiste

 


Formation Orthokinésie-kinépodie

Editorial

 

Rééduquez la Posture en Mouvement…c’est toute la différence !


 

Objectifs

 

Formation en Orthokinésie-Kinépodie (Méthode OTTE):

Orthokinésie :

- Rééducation de la posture en mouvement.

- Thérapie proprioceptive fondée sur la manipulation du corps humain dans son état naturel de  tension posturo-dynamique.

Kinépodie :

 

-Recherche des causes mécaniques posturales et dynamiques qui désorganisent l’homéostasie corporelle.

- Rééducation maxillo-faciale, podale, oculo-motrice, et posturale.

- Rééducation selon l’évolution des pathologies (du sport, de l’enfant,…)

- Stimulation par outils thérapeutiques actifs (semelles kinépodiques, planche oculaire active, orthèse buccale active).


 

Programme

 

Qu’est ce que la Méthode OTTE ?

L’orthokinésie-kinépodie est une thérapie proprioceptive qui est fondée sur la manipulation du corps humain dans son état naturel de  tension posturo-dynamique.

Cette méthode est sans danger et permet de libérer efficacement des pertes de mobilités articulaires et tissulaires. La manipulation peut être effectuée de la superficie vers la profondeur tissulaire.

La manipulation orthokinésique  se différencie des autres techniques manipulatoires (ostéopathie, chiropractie,…) par son action sur un corps en pleine tension. Les manipulations s’effectuent alors même que le patient est en mouvement debout (piétinement, marche,…). Elle est principalement utilisée en station debout (postural et dynamique), mais peut aussi être utilisée dans des positions qui recréent des mises en tension naturelle (décubitus et assis).

Le thérapeute a la maitrise d’un geste précis, qui s’effectue en continuité et en fluidité avec les tissus. Cette méthode est perçue par le cerveau du patient comme un réajustement des tissus sur tout leur trajet durant l’action.

La manipulation orthokinésique englobe le corps dans son entièreté, elle est orientée sur les pieds, les membres inférieurs, le bassin, les viscères, la colonne vertébrale, le thorax, les membres supérieurs et le crâne.

Cette manipulation est rapide et stimule tous les tissus proprioceptifs (du superficiel au profond : peau, fascia, muscle, ligament, os). En général, une seule séance suffit pour libérer les pertes de mobilités articulaires et tissulaires. Plusieurs séances peuvent être nécessaires pour assurer un ancrage proprioceptif cortical prolongé.

L’orthokinésie-kinépodie est aussi une méthode qui insiste fortement sur la recherche des causes mécaniques qui désorganisent l’homéostasie corporelle. Pour cette raison, l’analyse minutieuse posturale et dynamique du corps humain est une priorité. Le bilan de choix, nommé kinépodique, est un bilan posturo-dynamique qui comporte l’analyse posturale orthostatique et orthodynamique, l’analyse ostéopodique et orthodynamique des pieds, l’analyse orthofonctionnelle des articulations temporo-mandibulaires et l’analyse oculomotrice.

L’objectif principal de cette méthode est, comme son nom l’indique (ortho = droit, kiné = mouvement), de récupérer une dynamique articulaire et tissulaire physiologique qui tient dans le temps. C’est pourquoi la méthode peut associer une stimulation par manipulation manuelle à une stimulation par outils thérapeutiques actifs (en fonction des déficiences du patient). Les outils thérapeutiques utilisés par l’orthokinésiste-kinépodiste sont la semelle kinépodique active, l’orthèse buccale active, et la planche oculaire active.

L’orthokinésie-kinépodie insiste sur la stimulation proprioceptive dynamique des pieds, des articulations temporo-mandibulaires et des yeux puisqu’ils sont les organes dominants qui génèrent des tensions posturales. Les pieds sont, en toute logique, les organes qui ont la plus grande importance puisque le corps entier repose sur eux. Une mauvaise fonction plantaire peut être la source d’un déséquilibre posturo-dynamique par une action en chaîne montante. Les mâchoires et les yeux sont aussi susceptibles d’occasionner des troubles posturo-dynamiques en chaîne descendante. D’ailleurs, ces derniers sont souvent à l’origine d’une mauvaise position de la tête dans l’espace.

-

La formation tend à répondre aux questions suivantes :

Nos pieds, des fondations mal utilisées ? Peut-on souffrir de lésions en chaînes montantes ? Comment le vérifier ? Quels sont les éléments perturbateurs : un trouble de la statique articulaire, et/ou un trouble du fonctionnement des muscles en dynamique, et/ou une déficience proprioceptive ?

Le port d’orthèse plantaire, pour ou contre ? Quand est-ce utile ? Passif ou actif ? Et à quel moment cela peut être une nécessité ? Dans la vie de tous les jours et/ou dans l’activité sportive ? Effet préventif des orthèses passives ou intox ? Est-il possible de s’en séparer définitivement ?

La chaussure, un bien ou un mal ? Quels critères à respecter ? Les chaussures actuelles vont-elles bien dans le sens d’une recherche de la physiologie du pied ? Ont-elles réellement un rôle préventif ? Sur du court terme et du long terme ? Dans la vie journalière ou dans le sport ? La chaussure peut-elle être un élément thérapeutique et/ou un élément perturbateur ?

Marcher et courir pieds nus, est-ce utile où une pure folie ? Dans quels cas le préconiser ou le proscrire ? Quels terrains et quels types de pied sont déconseillés ? Et quelles sont les  limites ? Est-ce que la différence de performance entre le noir du Sud et le blanc du Nord se fait par la marche pieds nus ?

Comment prévenir les blessures du sportif ? Pourquoi nos patients s’enraidissent de plus en plus ?  La proprioception musculaire est-elle déficiente ? Est-ce la conséquence d’une réelle sédentarité ? Est- ce vrai aussi chez le sportif de haut niveau ? Comment réagir par rapport aux étirements ?

Posture ou dynamique ? La posture corrigée suffit-elle pour améliorer la dynamique ? Ou est-ce plutôt la correction dynamique qui régit la bonne posture ? Ou encore, est-ce deux éléments à corriger séparément ?

Enfance et développement en chaîne montante ? Est-ce que les blessures de l’adulte ne sont pas les conséquences de mauvaises habitudes inculquées dans notre société ? Est-ce que le port de chaussures est bien adapté ? Faut-il soutenir les pieds de nos enfants dès le plus jeune âge ?

Enfance et développement en chaîne descendante ? Est-ce que l’alimentation moderne est à l’origine des troubles orthodontiques ? Est-il une bonne chose de traiter en orthodontie passive ? A quel âge un traitement adéquat peut-il démarrer ? Une bonne musculature maxillo-faciale est-elle une nécessité ? La kinésithérapie peut-elle avoir un rôle préventif ?

La personne âgée et ses limites de traitements ? Traitement orthopédique passif, actif ou confort ? Est-ce une question d’âge ? Comment améliorer leur équilibre et leur marche ? Les chaussures du 3ème âge sont-elles réellement étudiées en fonction de leur physiologie? Que faire pour éviter l’ankylose posturale ? L’absence partielle ou totale de dents peut-elle occasionner des modifications posturales ?

Un déséquilibre temporo-mandibulaire et un trouble oculomoteur peuvent-ils être à l’origine de lésions descendantes? Comment le vérifier et le corriger ? Migraines et cervicalgies chroniques peuvent-elles être des conséquences à un trouble temporo-mandibulaire et/ou un trouble oculomoteur ? Peut-on agir dans un rôle de prévention ?

La manipulation en dynamique procure-t-elle une plus grande efficacité ? Comment agir sur des lésions profondes et lever leurs tensions manuellement ? La correction tissulaire en mouvement peut-elle apporter un effet plus durable dans le temps ? La proprioception corporelle en mouvement peut-elle être améliorée ? Est-il judicieux de travailler une lésion dynamique en statique ou en décubitus ? Que peut apporter la thérapie en pleine action pour les professionnels de la santé ?

L’analyse du corps humain en mouvement, peut-elle nous apporter un grand plus ? Que faut-il analyser ? Comment faire la différence avec le commerce qui lance cet effet de mode? Est-un mouvement et/ou une position articulaire qu’il faut analyser ? Quels outils d’analyse sont pertinents ?

Un travail de collaboration entre professionnels de la santé est-il possible ? Comment travailler en respectant ses limites de compétences professionnelles? Quand et pourquoi envoyer nos patients vers d’autres professionnels de la santé ?

Facilitez vos traitements et stabilisez les dans le temps grâce à la kinépodie-Orthokinésie!


 

Intervenants

 

Formateurs :

Christophe Otte : kinésithérapeute-ostéopathe, podothérapeute-podologue, orthopédiste

   Yannick Sachet: ostéopathe, kinépodiste-orthokinésiste

 


Formation Orthokinésie-kinépodie

Editorial

 

Rééduquez la Posture en Mouvement…c’est toute la différence !


 

Objectifs

 

Formation en Orthokinésie-Kinépodie (Méthode OTTE):

Orthokinésie :

- Rééducation de la posture en mouvement.

- Thérapie proprioceptive fondée sur la manipulation du corps humain dans son état naturel de  tension posturo-dynamique.

Kinépodie :

 

-Recherche des causes mécaniques posturales et dynamiques qui désorganisent l’homéostasie corporelle.

- Rééducation maxillo-faciale, podale, oculo-motrice, et posturale.

- Rééducation selon l’évolution des pathologies (du sport, de l’enfant,…)

- Stimulation par outils thérapeutiques actifs (semelles kinépodiques, planche oculaire active, orthèse buccale active).


 

Programme

 

Qu’est ce que la Méthode OTTE ?

L’orthokinésie-kinépodie est une thérapie proprioceptive qui est fondée sur la manipulation du corps humain dans son état naturel de  tension posturo-dynamique.

Cette méthode est sans danger et permet de libérer efficacement des pertes de mobilités articulaires et tissulaires. La manipulation peut être effectuée de la superficie vers la profondeur tissulaire.

La manipulation orthokinésique  se différencie des autres techniques manipulatoires (ostéopathie, chiropractie,…) par son action sur un corps en pleine tension. Les manipulations s’effectuent alors même que le patient est en mouvement debout (piétinement, marche,…). Elle est principalement utilisée en station debout (postural et dynamique), mais peut aussi être utilisée dans des positions qui recréent des mises en tension naturelle (décubitus et assis).

Le thérapeute a la maitrise d’un geste précis, qui s’effectue en continuité et en fluidité avec les tissus. Cette méthode est perçue par le cerveau du patient comme un réajustement des tissus sur tout leur trajet durant l’action.

La manipulation orthokinésique englobe le corps dans son entièreté, elle est orientée sur les pieds, les membres inférieurs, le bassin, les viscères, la colonne vertébrale, le thorax, les membres supérieurs et le crâne.

Cette manipulation est rapide et stimule tous les tissus proprioceptifs (du superficiel au profond : peau, fascia, muscle, ligament, os). En général, une seule séance suffit pour libérer les pertes de mobilités articulaires et tissulaires. Plusieurs séances peuvent être nécessaires pour assurer un ancrage proprioceptif cortical prolongé.

L’orthokinésie-kinépodie est aussi une méthode qui insiste fortement sur la recherche des causes mécaniques qui désorganisent l’homéostasie corporelle. Pour cette raison, l’analyse minutieuse posturale et dynamique du corps humain est une priorité. Le bilan de choix, nommé kinépodique, est un bilan posturo-dynamique qui comporte l’analyse posturale orthostatique et orthodynamique, l’analyse ostéopodique et orthodynamique des pieds, l’analyse orthofonctionnelle des articulations temporo-mandibulaires et l’analyse oculomotrice.

L’objectif principal de cette méthode est, comme son nom l’indique (ortho = droit, kiné = mouvement), de récupérer une dynamique articulaire et tissulaire physiologique qui tient dans le temps. C’est pourquoi la méthode peut associer une stimulation par manipulation manuelle à une stimulation par outils thérapeutiques actifs (en fonction des déficiences du patient). Les outils thérapeutiques utilisés par l’orthokinésiste-kinépodiste sont la semelle kinépodique active, l’orthèse buccale active, et la planche oculaire active.

L’orthokinésie-kinépodie insiste sur la stimulation proprioceptive dynamique des pieds, des articulations temporo-mandibulaires et des yeux puisqu’ils sont les organes dominants qui génèrent des tensions posturales. Les pieds sont, en toute logique, les organes qui ont la plus grande importance puisque le corps entier repose sur eux. Une mauvaise fonction plantaire peut être la source d’un déséquilibre posturo-dynamique par une action en chaîne montante. Les mâchoires et les yeux sont aussi susceptibles d’occasionner des troubles posturo-dynamiques en chaîne descendante. D’ailleurs, ces derniers sont souvent à l’origine d’une mauvaise position de la tête dans l’espace.

-

La formation tend à répondre aux questions suivantes :

Nos pieds, des fondations mal utilisées ? Peut-on souffrir de lésions en chaînes montantes ? Comment le vérifier ? Quels sont les éléments perturbateurs : un trouble de la statique articulaire, et/ou un trouble du fonctionnement des muscles en dynamique, et/ou une déficience proprioceptive ?

Le port d’orthèse plantaire, pour ou contre ? Quand est-ce utile ? Passif ou actif ? Et à quel moment cela peut être une nécessité ? Dans la vie de tous les jours et/ou dans l’activité sportive ? Effet préventif des orthèses passives ou intox ? Est-il possible de s’en séparer définitivement ?

La chaussure, un bien ou un mal ? Quels critères à respecter ? Les chaussures actuelles vont-elles bien dans le sens d’une recherche de la physiologie du pied ? Ont-elles réellement un rôle préventif ? Sur du court terme et du long terme ? Dans la vie journalière ou dans le sport ? La chaussure peut-elle être un élément thérapeutique et/ou un élément perturbateur ?

Marcher et courir pieds nus, est-ce utile où une pure folie ? Dans quels cas le préconiser ou le proscrire ? Quels terrains et quels types de pied sont déconseillés ? Et quelles sont les  limites ? Est-ce que la différence de performance entre le noir du Sud et le blanc du Nord se fait par la marche pieds nus ?

Comment prévenir les blessures du sportif ? Pourquoi nos patients s’enraidissent de plus en plus ?  La proprioception musculaire est-elle déficiente ? Est-ce la conséquence d’une réelle sédentarité ? Est- ce vrai aussi chez le sportif de haut niveau ? Comment réagir par rapport aux étirements ?

Posture ou dynamique ? La posture corrigée suffit-elle pour améliorer la dynamique ? Ou est-ce plutôt la correction dynamique qui régit la bonne posture ? Ou encore, est-ce deux éléments à corriger séparément ?

Enfance et développement en chaîne montante ? Est-ce que les blessures de l’adulte ne sont pas les conséquences de mauvaises habitudes inculquées dans notre société ? Est-ce que le port de chaussures est bien adapté ? Faut-il soutenir les pieds de nos enfants dès le plus jeune âge ?

Enfance et développement en chaîne descendante ? Est-ce que l’alimentation moderne est à l’origine des troubles orthodontiques ? Est-il une bonne chose de traiter en orthodontie passive ? A quel âge un traitement adéquat peut-il démarrer ? Une bonne musculature maxillo-faciale est-elle une nécessité ? La kinésithérapie peut-elle avoir un rôle préventif ?

La personne âgée et ses limites de traitements ? Traitement orthopédique passif, actif ou confort ? Est-ce une question d’âge ? Comment améliorer leur équilibre et leur marche ? Les chaussures du 3ème âge sont-elles réellement étudiées en fonction de leur physiologie? Que faire pour éviter l’ankylose posturale ? L’absence partielle ou totale de dents peut-elle occasionner des modifications posturales ?

Un déséquilibre temporo-mandibulaire et un trouble oculomoteur peuvent-ils être à l’origine de lésions descendantes? Comment le vérifier et le corriger ? Migraines et cervicalgies chroniques peuvent-elles être des conséquences à un trouble temporo-mandibulaire et/ou un trouble oculomoteur ? Peut-on agir dans un rôle de prévention ?

La manipulation en dynamique procure-t-elle une plus grande efficacité ? Comment agir sur des lésions profondes et lever leurs tensions manuellement ? La correction tissulaire en mouvement peut-elle apporter un effet plus durable dans le temps ? La proprioception corporelle en mouvement peut-elle être améliorée ? Est-il judicieux de travailler une lésion dynamique en statique ou en décubitus ? Que peut apporter la thérapie en pleine action pour les professionnels de la santé ?

L’analyse du corps humain en mouvement, peut-elle nous apporter un grand plus ? Que faut-il analyser ? Comment faire la différence avec le commerce qui lance cet effet de mode? Est-un mouvement et/ou une position articulaire qu’il faut analyser ? Quels outils d’analyse sont pertinents ?

Un travail de collaboration entre professionnels de la santé est-il possible ? Comment travailler en respectant ses limites de compétences professionnelles? Quand et pourquoi envoyer nos patients vers d’autres professionnels de la santé ?

Facilitez vos traitements et stabilisez les dans le temps grâce à la kinépodie-Orthokinésie!


 

Intervenants

 

Formateurs :

Christophe Otte : kinésithérapeute-ostéopathe, podothérapeute-podologue, orthopédiste

   Yannick Sachet: ostéopathe, kinépodiste-orthokinésiste

 


Formation Orthokinésie-kinépodie

Editorial

 

Rééduquez la Posture en Mouvement…c’est toute la différence !


 

Objectifs

 

Formation en Orthokinésie-Kinépodie (Méthode OTTE):

Orthokinésie :

- Rééducation de la posture en mouvement.

- Thérapie proprioceptive fondée sur la manipulation du corps humain dans son état naturel de  tension posturo-dynamique.

Kinépodie :

 

-Recherche des causes mécaniques posturales et dynamiques qui désorganisent l’homéostasie corporelle.

- Rééducation maxillo-faciale, podale, oculo-motrice, et posturale.

- Rééducation selon l’évolution des pathologies (du sport, de l’enfant,…)

- Stimulation par outils thérapeutiques actifs (semelles kinépodiques, planche oculaire active, orthèse buccale active).


 

Programme

 

Qu’est ce que la Méthode OTTE ?

L’orthokinésie-kinépodie est une thérapie proprioceptive qui est fondée sur la manipulation du corps humain dans son état naturel de  tension posturo-dynamique.

Cette méthode est sans danger et permet de libérer efficacement des pertes de mobilités articulaires et tissulaires. La manipulation peut être effectuée de la superficie vers la profondeur tissulaire.

La manipulation orthokinésique  se différencie des autres techniques manipulatoires (ostéopathie, chiropractie,…) par son action sur un corps en pleine tension. Les manipulations s’effectuent alors même que le patient est en mouvement debout (piétinement, marche,…). Elle est principalement utilisée en station debout (postural et dynamique), mais peut aussi être utilisée dans des positions qui recréent des mises en tension naturelle (décubitus et assis).

Le thérapeute a la maitrise d’un geste précis, qui s’effectue en continuité et en fluidité avec les tissus. Cette méthode est perçue par le cerveau du patient comme un réajustement des tissus sur tout leur trajet durant l’action.

La manipulation orthokinésique englobe le corps dans son entièreté, elle est orientée sur les pieds, les membres inférieurs, le bassin, les viscères, la colonne vertébrale, le thorax, les membres supérieurs et le crâne.

Cette manipulation est rapide et stimule tous les tissus proprioceptifs (du superficiel au profond : peau, fascia, muscle, ligament, os). En général, une seule séance suffit pour libérer les pertes de mobilités articulaires et tissulaires. Plusieurs séances peuvent être nécessaires pour assurer un ancrage proprioceptif cortical prolongé.

L’orthokinésie-kinépodie est aussi une méthode qui insiste fortement sur la recherche des causes mécaniques qui désorganisent l’homéostasie corporelle. Pour cette raison, l’analyse minutieuse posturale et dynamique du corps humain est une priorité. Le bilan de choix, nommé kinépodique, est un bilan posturo-dynamique qui comporte l’analyse posturale orthostatique et orthodynamique, l’analyse ostéopodique et orthodynamique des pieds, l’analyse orthofonctionnelle des articulations temporo-mandibulaires et l’analyse oculomotrice.

L’objectif principal de cette méthode est, comme son nom l’indique (ortho = droit, kiné = mouvement), de récupérer une dynamique articulaire et tissulaire physiologique qui tient dans le temps. C’est pourquoi la méthode peut associer une stimulation par manipulation manuelle à une stimulation par outils thérapeutiques actifs (en fonction des déficiences du patient). Les outils thérapeutiques utilisés par l’orthokinésiste-kinépodiste sont la semelle kinépodique active, l’orthèse buccale active, et la planche oculaire active.

L’orthokinésie-kinépodie insiste sur la stimulation proprioceptive dynamique des pieds, des articulations temporo-mandibulaires et des yeux puisqu’ils sont les organes dominants qui génèrent des tensions posturales. Les pieds sont, en toute logique, les organes qui ont la plus grande importance puisque le corps entier repose sur eux. Une mauvaise fonction plantaire peut être la source d’un déséquilibre posturo-dynamique par une action en chaîne montante. Les mâchoires et les yeux sont aussi susceptibles d’occasionner des troubles posturo-dynamiques en chaîne descendante. D’ailleurs, ces derniers sont souvent à l’origine d’une mauvaise position de la tête dans l’espace.

-

La formation tend à répondre aux questions suivantes :

Nos pieds, des fondations mal utilisées ? Peut-on souffrir de lésions en chaînes montantes ? Comment le vérifier ? Quels sont les éléments perturbateurs : un trouble de la statique articulaire, et/ou un trouble du fonctionnement des muscles en dynamique, et/ou une déficience proprioceptive ?

Le port d’orthèse plantaire, pour ou contre ? Quand est-ce utile ? Passif ou actif ? Et à quel moment cela peut être une nécessité ? Dans la vie de tous les jours et/ou dans l’activité sportive ? Effet préventif des orthèses passives ou intox ? Est-il possible de s’en séparer définitivement ?

La chaussure, un bien ou un mal ? Quels critères à respecter ? Les chaussures actuelles vont-elles bien dans le sens d’une recherche de la physiologie du pied ? Ont-elles réellement un rôle préventif ? Sur du court terme et du long terme ? Dans la vie journalière ou dans le sport ? La chaussure peut-elle être un élément thérapeutique et/ou un élément perturbateur ?

Marcher et courir pieds nus, est-ce utile où une pure folie ? Dans quels cas le préconiser ou le proscrire ? Quels terrains et quels types de pied sont déconseillés ? Et quelles sont les  limites ? Est-ce que la différence de performance entre le noir du Sud et le blanc du Nord se fait par la marche pieds nus ?

Comment prévenir les blessures du sportif ? Pourquoi nos patients s’enraidissent de plus en plus ?  La proprioception musculaire est-elle déficiente ? Est-ce la conséquence d’une réelle sédentarité ? Est- ce vrai aussi chez le sportif de haut niveau ? Comment réagir par rapport aux étirements ?

Posture ou dynamique ? La posture corrigée suffit-elle pour améliorer la dynamique ? Ou est-ce plutôt la correction dynamique qui régit la bonne posture ? Ou encore, est-ce deux éléments à corriger séparément ?

Enfance et développement en chaîne montante ? Est-ce que les blessures de l’adulte ne sont pas les conséquences de mauvaises habitudes inculquées dans notre société ? Est-ce que le port de chaussures est bien adapté ? Faut-il soutenir les pieds de nos enfants dès le plus jeune âge ?

Enfance et développement en chaîne descendante ? Est-ce que l’alimentation moderne est à l’origine des troubles orthodontiques ? Est-il une bonne chose de traiter en orthodontie passive ? A quel âge un traitement adéquat peut-il démarrer ? Une bonne musculature maxillo-faciale est-elle une nécessité ? La kinésithérapie peut-elle avoir un rôle préventif ?

La personne âgée et ses limites de traitements ? Traitement orthopédique passif, actif ou confort ? Est-ce une question d’âge ? Comment améliorer leur équilibre et leur marche ? Les chaussures du 3ème âge sont-elles réellement étudiées en fonction de leur physiologie? Que faire pour éviter l’ankylose posturale ? L’absence partielle ou totale de dents peut-elle occasionner des modifications posturales ?

Un déséquilibre temporo-mandibulaire et un trouble oculomoteur peuvent-ils être à l’origine de lésions descendantes? Comment le vérifier et le corriger ? Migraines et cervicalgies chroniques peuvent-elles être des conséquences à un trouble temporo-mandibulaire et/ou un trouble oculomoteur ? Peut-on agir dans un rôle de prévention ?

La manipulation en dynamique procure-t-elle une plus grande efficacité ? Comment agir sur des lésions profondes et lever leurs tensions manuellement ? La correction tissulaire en mouvement peut-elle apporter un effet plus durable dans le temps ? La proprioception corporelle en mouvement peut-elle être améliorée ? Est-il judicieux de travailler une lésion dynamique en statique ou en décubitus ? Que peut apporter la thérapie en pleine action pour les professionnels de la santé ?

L’analyse du corps humain en mouvement, peut-elle nous apporter un grand plus ? Que faut-il analyser ? Comment faire la différence avec le commerce qui lance cet effet de mode? Est-un mouvement et/ou une position articulaire qu’il faut analyser ? Quels outils d’analyse sont pertinents ?

Un travail de collaboration entre professionnels de la santé est-il possible ? Comment travailler en respectant ses limites de compétences professionnelles? Quand et pourquoi envoyer nos patients vers d’autres professionnels de la santé ?

Facilitez vos traitements et stabilisez les dans le temps grâce à la kinépodie-Orthokinésie!


 

Intervenants

 

Formateurs :

Christophe Otte : kinésithérapeute-ostéopathe, podothérapeute-podologue, orthopédiste

   Yannick Sachet: ostéopathe, kinépodiste-orthokinésiste

 


Rééducation vestibulaire

Objectif de la formation

Acquérir les connaissances théoriques et pratiques nécessaires à la prise en charge de patients vestibulo-lésés. A partir de cette prise en charge spécialisée, l'objectif de la formation est de permettre l'exportation de ces techniques de rééducation à toutes les prises en charge de patients présentant des troubles de l’équilibre.

 

Programme de la formation

1ère Journée

Anatomie et physiologies des différents capteurs sensoriels :

le système vestibulaire, le système proprioceptif, le système visuel

Physiologie de la fonction d'équilibration :

comment le système nerveux central intègre les différentes informations qui lui parviennent et dans quels buts.

Les pathologies vestibulaires :

les vertiges positionnels, les atteintes uni et bilatérales

 

2ème journée

Bilan d'un patient vertigineux ou présentant des troubles de l'équilibre au travers de l'examen clinique et instrumental

Préalable théorique à la mise en place d'une rééducation vestibulaire

Rééducation vestibulaire: pratique

Questions libres.

 

3ème journée

Analyse des acquis et de la pratique.

Séance de questions libres.

Possibilité de suivre ce 3ème jour à distance

(Rendez-vous téléphonique ou échange d’e-mails avec le formateur)

 

Formateur

Julien JACQUEMARD

Masseur-Kinésithérapeute DE.

Diplôme d’Université " Handicaps sensoriels et troubles de l'équilibre " Université Paris VII.

Chargé d’enseignement en rééducation vestibulaire :

Universités (Paris IV, Paris VI et Paris VII)

Hôpitaux (Rothschild, Aulnay sous Bois, CHU de Pointe à Pitre),

Formation Continue annuelle de l’AP-HP.

Intervenant des modules pratiques des DU :

Handicaps sensoriels et troubles de l’équilibre (Université Paris VI).

Exploration neurosensorielles et ORL (Universités Paris IV et Paris VII).

Recherche en rééducation vestibulaire et mise en place de protocole au niveau européen.

 

Tarif - 690 euros


123 Events

Formation Orthoptie

Congres Dietetique

Events Networks

Formation Sida